partenaire petite enfance formation accompagnement parentalité grand est luxembourg

8 Conseils pour préparer l’arrivée de son enfant en crèche

partenaire petite enfance formation accompagnement parentalité grand est luxembourg

par Angélica Aque

D’ici quelques semaines peut-être votre bébé fera son entrée en crèche ? Cette nouvelle étape pour vous parents et pour votre enfant constitue un grand changement qui peut amener son lot de questionnements, angoisses mais aussi de petits bonheurs.

Mon bébé va-t-il passer de bonnes journées ? Va-t-on s’occuper de lui comme je le souhaite ? Se sentira-t-il écouté, compris, protégé ?

La séparation entre les parents et le bébé est souvent imposée par la reprise du travail.

Généralement, c’est la première ouverture du cocon familial vers le monde extérieur : un beau voyage en terre inconnue. Imaginez-vous dans un monde où vous vivez des sensations nouvelles. Ce monde avec de nouveaux visages, de nouveaux espaces de vie, de nouvelles odeurs, de nouveaux bruits est à apprendre et apprivoiser.

1. ANTICIPER L’ARRIVÉE

Vous n’avez peut-être jamais laissé votre enfant à garder ?

La relation avec votre enfant est peut-être très fusionnelle ? Et pour cause, ces liens se construisent dès la naissance : l’enfant développe une relation d’attachement avec au moins une personne de son entourage qui va prendre soin de lui de manière continue et répondre à ses besoins. De la qualité de ce lien dépendront par la suite ses relations sociales, sa confiance et son estime de lui.  Ce contact proximal va déclencher la production d’ocytocine (l’hormone dite du bonheur). Cette sécurité affective va lui permettre de s’ouvrir petit à petit vers l’extérieur « S’attacher pour mieux se détacher ». Peut-être est-ce le moment de le laisser explorer le monde qui s’ouvre à lui ? A proximité de vous ou chez quelqu’un de votre entourage proche si vous vous sentez à l’aise de le confier quelques heures ?

2. FAVORISER LES REPÈRES

Cette séparation avec les parents va impliquer l’absence des perceptions sensorielles mémorisées (environnement physique et sonore du milieu familial).

La perte des repères peut être déstabilisante. Prenons par exemple une situation de vécu d’adulte pour mieux comprendre : Quand nous devons prendre une déviation et changer le trajet que nous empruntons habituellement en voiture, ne sommes-nous pas quelque peu perturbés ? Quand vous perdez votre doudou d’adulte (votre téléphone), comment réagissez-vous ? Tous les changements de repères demandent un effort d’acceptation et d’assimilation.

Bébé est habitué à entendre, voir, se sentir porté d’une certaine façon et donc il lui faudra peut-être du temps pour comprendre et accepter de nouveaux repères.

Pour faciliter ces changements, conservons ce qui lui sont familiers : le ou les objets transitionnels. Que ce soit sa tétine, doudou avec l’odeur familière de papa et/ou maman, photos de famille …tout objet qui permettra de faciliter la transition entre le connu (milieu familial) et l’inconnu, la nouveauté (la crèche). Cet objet constitue un repère rassurant pour l’enfant et l’aide alors à mieux supporter l’absence. Le lieu porte alors la trace des parents pour que l’enfant les porte en lui et se sente bien en votre absence.

3. ASSURER LA CONTINUITÉ MAISON-CRÈCHE

Quelques semaines avant l’arrivée à la crèche il est nécessaire de penser à la continuité pour favoriser cette transition du mieux possible.

L’allaitement : certaines mamans préféreront sevrer leur enfant mais il est possible d’apporter le lait maternel à la crèche (dans le respect des règles sanitaires). Si ce n’est pas déjà fait, habituez bébé à la prise du biberon. Papa sera sûrement ravi de participer à ces moments.

Le sommeil : les rythmes des journées à la crèche seront différents et il se peut que ses habitudes de sommeil évoluent. Mais restez confiants, les professionnels s’adapteront aux besoins de bébé.

Les affaires personnelles :  pensez à préparer le trousseau que la crèche vous a demandé et à étiqueter les vêtements. Les professionnels lui prépareront avec soin un endroit qui lui sera propre pour qu’il ait sa place au sein de la collectivité.

4. ÉCHANGER AVEC LES PROFESSIONNELS

Vous avez sûrement eu déjà plusieurs contacts avec la directrice de la crèche qui vous auront permis de visualiser les choses, de vous projeter et surement de vous rassurer. Ne restez pas avec des doutes, n’hésitez pas à faire part de vos questions en suspens.

Cette confiance naissante entre vous parents et l’équipe de professionnels permettra aussi de sécuriser votre enfant. Apprendre à se connaître prend du temps et c’est la base de ce partenariat en construction.

En plus du dossier administratif classique, les professionnels échangeront sur les habitudes de bébé. Vous connaissez mieux que personne votre enfant et l’équipe s’efforcera autant que possible de respecter ses habitudes pour assurer une stabilité : heures de siestes, rituels d’endormissement, repas.

5. PENSEZ LA PÉRIODE DE FAMILIARISATION

C’est un temps pendant lequel la famille et l’équipe apprennent à se connaitre, au rythme des parents et aussi et surtout celui de l’enfant. L’équipe de professionnels sera un réel soutien pour vous permettre de réfléchir et de vous guider sur la manière dont vous aimeriez organiser l’entrée de votre enfant à la crèche (période courte ou longue, attendre quelques jours avant qu’il prenne son premier repas à la crèche, en présence ou pas de son parent…). Dans la plupart des crèches, cette période est souvent échelonnée sur deux semaines et progressive mais ce temps doit rester souple pour permettre de s’adapter à la réaction de chaque enfant et respecter son individualité.

Pour être sécurisé, l’enfant doit pouvoir anticiper ce qui va lui arriver, comment cela va se passer pour lui. Si le déroulement des journées est identique alors il pourra mieux comprendre que l’environnement est ainsi fait. Le bébé pourra faire ses apprentissages et établir de nouveaux repères : le même lieu, les mêmes jeux, le ou la même professionnel(le). C’est ainsi qu’il va pouvoir tisser ses premiers liens avec sa figure d’attachement secondaire (professionnel qui prend en charge votre enfant). Les recherches en neurosciences sur le développement de l’enfant montrent que les bébés émettent des hypothèses en fonction de ce qu’ils perçoivent : ce qui veut dire, qu’un bébé comprend mieux ce qui est régulier et non ce qui est changeant.

6. PARLEZ À VOTRE ENFANT

Quel que soit son âge, communiquer !

Dites-lui qu’il va aller à la crèche. Pour les bébés, les mots se lient avec la perception du corps pour qu’ils prennent sens. L’enfant va apprendre par la répétition de son expérience corporelle et intellectuelle. Si on prend le temps de lui expliquer les évènements qui lui arrivent, le mot crèche peut alors exister lorsqu’il est associé à un lieu.

Exprimez votre ressenti à votre bébé. L’enfant est intuitif et instinctif.  « Tu sais je suis un peu triste mais je suis sûre que tu vas passer une bonne journée avec les autres enfants ! ».

Posez des mots sur ce que vous observez de ses émotions. « Tu sembles être content » / « Tu sembles ressentir de la tristesse, de la peur. Je comprends car c’est tout nouveau pour toi d’aller à la crèche ». Trouvez vos propres mots, ceux qui sortiront du cœur. L’empathie et la bienveillance aide à faire baisser le niveau de stress (cortisol). Ainsi, l’enfant sentira qu’il est compris et que l’on accueille complètement ce qu’il vit.

7. ACCOMPAGNER LA SEPARATION

Le moment des au revoir : C’est parfois un moment difficile autant pour bébé que pour vous.

Patientez le temps que votre enfant ne se détache pas de vous. Informez-le que vous viendrez le rechercher. Vous pouvez également mettre en place des rituels de séparations pour l’aider à mieux la vivre (un bisou, un coucou par la fenêtre…).

Surtout, n’essayez pas de partir en catimini, il est nécessaire de toujours dire au revoir à votre enfant pour le prévenir et pour qu’il ne se sente pas tout d’un coup perdu en ayant l’impression que son parent a disparu, ce qui pourrait devenir angoissant pour lui.  Évitez « les faux départs » de la crèche : c’est-à-dire revenir dans la section après avoir dit au revoir à l’enfant ce qui pourrait laisser imaginer à l’enfant que son parent l’attend derrière la porte. (Acquisition de la permanence de l’objet vers 8 -12 mois).

8. ACCOMPAGNER LES RETROUVAILLES

Le moment des retrouvailles :  il se peut que votre enfant ait un sourire jusqu’aux oreilles ou qu’il se mette à pleurer. Pas de panique, ce ne sont pas des caprices ou une façon de vous faire culpabiliser. Il décharge simplement ses émotions et il va le faire avec sa première figure d’attachement, celle avec qui il a créé un lien profond et inconditionnel.

Papa, maman, vivez cette arrivée à la crèche positivement !

La clé de la sérénité tient en une formule toute simple : anticipation, confiance, temps.

Plus vous serez à l’aise avec la situation, plus vous ferez confiance à votre enfant et sa capacité d’adaptation, plus votre enfant le ressentira et plus vous accepterez de confier aux professionnels ce que vous avez de plus précieux au monde.

L’arrivée à la crèche sera une première étape vers l’autonomie de l’enfant où il fera de nouvelles rencontres et ses premières expériences en dehors du cercle familial. Une belle opportunité de lui offrir des racines (attachement) et des ailes (exploration).

 

Pour plus d’informations :  Accompagnement parentalité

➡ Accompagnement personnalisé pour les futurs parents et parents

➡ Atelier parents « Préparer l’arrivée de mon enfant ou crèche ou chez l’assistance maternelle »

 

 

Partager cet article

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email