partenaire petite enfance formation accompagnement parentalité grand est luxembourg

Astuces pour retrouver le plaisir d’être à table

partenaire petite enfance formation accompagnement parentalité grand est luxembourg

par Angélica Aque

Votre enfant ou les enfants que vous accueillez en structure d’accueil adorent le jeu de la cuillère volante et les batailles de petits pois ? Ils aiment que la purée avec des smarties et la pizza au chocolat ?

Ils boudent les plats et malgré votre bonne volonté, ils s’obstinent à ignorer leur assiette ?

Les refus alimentaires font partie de votre quotidien ? Une ambiance pas forcément réjouissante en tant que parent et professionnel de la petite enfance ! Pas facile de faire face aux enfants qui ne coopérent pas à table.

Comment faire pour que les jeunes enfants mangent ?

1 . Accompagner l’enfant dans la découverte

Il a besoin de faire ses propres découvertes et les adapter à sa propre sensibilité. Peu à peu l’enfant va développer sa bibliothèque de saveurs. Privilégiez des activités de découvertes en l’invitant à faire les courses, cuisiner, faire le potager avec vous. Qui dit accompagnement dit « patience », « bienveillance », « persévérance ». N’oubliez pas que les goûts changent et évoluent avec le temps.

2. Instaurez des rituels à table

Cela rassure l’enfant dans un premier temps, ce qui lui permettra sûrement d’y adhérer ensuite. Prévenez votre enfant avant de passer à table (heure, chansons, sonnette), profitez des soirées, week-end, vacances pour être plus ouvert à la découverte autour du repas (thème spécifique). Prenez le temps pour échanger et communiquer avec votre enfant (moment de plaisir).

 

3. Responsabilisez les enfants

Vers 24 mois, associez votre enfant à la préparation des repas (éplucher, rincer, mélanger) , à mettre la table, à se servir.

 

4. Proposez un dessert aux enfants

Même s’il n’a pas fini toute son assiette, il est recommandé ne pas utiliser le dessert comme une récompense et un objet de chantage. “Si tu manges, tu auras un dessert”. Le repas pourrait devenir un terrain de négociation et d’opposition. Dans ce cas là aussi, l’enfant n’écoute plus ce qu’il ressent, ressent des émotions désagréables (de plus en plus ancrées et associées aux repas) et ne peut établir de repères fiables quant à sa faim.

 

5. Détendez-vous

Se retrouver confronté à un enfant qui négocie ce qu’il mange voire refuse certains aliments peut apporter son lot de tension au moment du repas jusqu’à vous faire perdre patience.

Cessez de culpabiliser, beaucoup d’enfant traverse cette phase qui fait partie du développement physiologique et psychologique. Plus vous lâcherez prise sur certains aspects, plus vite ces épisodes cesseront.

Trouvons des astuces simples et efficaces pour ramener plaisir et convivialité au moment des repas.

 

Pour en savoir plus :

Professionnels de la petite enfance : inscrivez-vous à notre Formation | Pédagogie et Plaisir

Parents : Venez partager un café des parents, grands -parents pour comprendre d’un point de vue éducatif le pourquoi du comment aux situations de refus alimentaires.Accompagnement parentalité

 

Partager cet article

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email